Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

A suivre en ce moment.

STREET ART-Fin Dac peint les murs et la femme

{lang: 'fr'} L’artiste peintre de rue Fin Dac a passé une semaine à Madagascar. Les artistes locaux ont pu découvrir la technique du spray avec l’un des disciples les plus connus du street art. Fin Dac est fasciné par la beauté de la femme.  Il n’hésite pas à l’avouer lui-même, que la beauté de la gent féminine l’inspire dans ses œuvres. Mais il précise que sa fascination n’a rien de sexuel, mais s’arrête  à un mélange d’admiration et de respect qui le fait aimer peindre la beauté d’un visage. Voilà pourquoi la plupart de ses œuvres, qu’il a déjà peintes un peu partout dans le monde comme à Londres, Montréal ou Bruxelles et qui  l’ont rendu célèbre, représente des visages de femme.     Comme celui qu’il peint en ce moment pour illustrer et personnaliser bientôt les cuvées du rhum Dzama, fabriquées en  édition limitée. Voilà également pourquoi la compagnie Vidzar a décidé de le faire venir à Madagascar pour une semaine. Fin Dac en a profité pour visiter quelques monuments comme quelques unes des douze collines sacrés d’Andrianam­poinimerina, et la première église anglicane du pays qui l’a beaucoup inspiré. Elle pourrait d’ailleurs accueillir, l’année prochaine, une de ses premières œuvres de rue à Madagascar, lors de sa prochaine visite. Simple et libre Fin Dac est un adepte du street art, peinture de rue, une pratique devenue très en vogue à l’heure actuelle dans le monde. Les artistes peintres utilisent des bombes ou spray, et choisissent n’importe quelle surface extérieure comme les édifices publics, les ponts, les murs des bâtiments et même l’extérieur des bacs de stockage d’eau pour s’exprimer.  Ce qui donne, souvent, des images de taille géante, comme pour permettre aux artistes d’affirmer davantage leur indépendance, leur liberté. D’ailleurs, les adeptes de street art ne le pratiquent pas pour gagner de l’argent, mais juste pour  pouvoir exprimer leur passion sans contrainte. Fin Dac  n’est pas une exception, et  affirme que ses œuvres  servent surtout à embellir le paysage urbain. «Je n’en ai pas et je n’ai pas besoin de beaucoup d’argent, mais j’adore surtout voyager et découvrir des pays. Et je n’aime pas que l’on me voie comme une célébrité, mais je veux surtout que les gens voient et aiment mes œuvres», a-t-il souligné. C’était hier, après une séance de rencontre et de partage avec d’autres peintres locaux.  En tout cas, les « femmes » de  Fin Dac sont poignantes de réalisme. Grâce à la précision de sa technique qui marie l’utilisation spray et le pinceau, chaque détail du visage, y compris les pores de la peau,  est reproduit avec une extrême précision pour retracer avec une réalité déconcertante l’expression des yeux et du visage. Pour la « future » image des cuvées Dzama, il avoue avoir  donné une touche malgache à son modèle « latino », pour que les Malgaches s’y reconnaissent plus facilement.  Fin Dac est originaire de Cork, en Irlande, mais a toujours vécu à Londres. La quarantaine aujourd’hui, il travaillait comme webmaster avant la décision de consacrer tout son temps à la peinture, sa passion de toujours, il y a sept ans. Auto­didacte et anticonformiste, il pratique le street art depuis trois ans. Mahefa Rakotomalala 31 Octobre 2014 source lexpressmada.com…

PATRIMOINE-Les films historiques trop chers

{lang: 'fr'} Les archives cinématographiques sur Madagascar sont encore à des années lumières des priorités actuelles. Patrimoine et pauvreté, le choix est facile. Entre réjouissances et amertume, les archives historiques malgaches en bobine sont là, mais presque oubliées. « Nous avons quatorze millions de secondes de film à numériser », annonce Thierry Raharison, directeur général de l’office malgache du Cinéma. Pour les numériser, c’est là que les choses se corsent. « Il faut 1 600 ariary par seconde ».  Donc, rendre lisible ces milliers d’heures d’images coûterait plus de 22 milliards d’ariary. Hier a été célébrée en toute simplicité au Tranompokonolona Anala­kely la journée mondiale du patrimoine audiovisuel. Dans la logique, il est difficile de croire qu’actuellement les gouvernants vont en faire une priorité. Elle se trouve ailleurs dans un pays aussi pauvre que Madagascar.  Toutefois, Hanta Raboa­nary ne veut pas baisser les bras pour autant. « La précarité ce n’est pas seulement la nourriture, c’est aussi dans la tête. Pour ne pas arriver à l’enfermement sur soi, il faut montrer à la nouvelle génération notre histoire, ce qu’elle possède », fait savoir la secrétaire générale de la commission nationale Malgache pour l’Unesco. Images indélébiles Durant la journée d’hier, une séance a été réservée à la diffusion de documents d’époque. À commencer par la présentation de la Ville des Mille et les premières rencontres des autochtones avec la vie moderne. Des scènes mémorables à la Charlie Chaplin sur les passages cloutés ont fait la joie de toute la salle. Ou encore, les usages multiples du lamba. Mouchoir, couverture, sacoche et bien d’autres. Il a été aussi étonnant de savoir que peu de temps avant l’indépendance de Madagascar, la capitale comptait 283 000 habitants. On y retrouve aussi un Antananarivo propre, des Antananariviens un peu morne, on ne sait si c’est le poids de la colonisation. Un spectacle de hira gasy apparait cependant en contraste. Les danseurs rappellent des mouvements de Penchak Silat, un art martial indonésien, rappelant au passage les origines lointaines des Malgaches. Un forum national se tiendra durant deux jours, dès aujourd’hui, autour de la piraterie des œuvres cinématographiques. L’occasion de faire un état des lieux de ce fléau sur le plan national et mondial. Maminirina Rado 28 Octobre 2014 source lexpressmada.com…

COLISEUM-As’ka championne des chorales

{lang: 'fr'} La première édition du festival le « Chant des chorales » a vu la victoire de la chorale As’ka, hier, au Coliseum Antsonjombe. Une bien belle aventure. La chorale As’ka a mis deux jours pour devenir la championne du festival « Chant des chorales » et rafler les 15 000 000 d’ariary. Samedi et dimanche, cette formation a toujours surpris les membres du jury où on a retrouvé Ihary Rapanoelina, Fitah Rasendra­hasina et Fanja Andriama­nantena. Les trois se sont accordés pour confirmer le réel talent des dix huit formations concurrentes. « Il y a du talent. Mais c’est la volonté de travailler qui s’est faite avant que je loue chez toutes ces chorales », affirme Ihary Rapanoelina un des juges.  40 % des points était attribué par les membres du jury et 60 % par le public par voie des sms. Lancé par Canal+, par le biais de Canalsat,  l’évènement était mince côté auditoire. Le Coliseum d’Antsonjombe, c’est tout de même la plus grande scène du pays à l’heure actuelle. Par ailleurs, il semble encore difficile d’attirer les antananariviens par le style a cappella. « Il y avait  sûrement des failles quelque part, par contre, nous avons trouvé la meilleur chorale de Madagascar », conclut Arnaud Ratafika, chef de projet de la société de communication 360 et membre du comité d’organisation. A cappella travaillé  As’ka, c’est la voix du Sud-Est du pays. Des titres travaillés dans le gospel, ajoutés à cela du « korodoy », du « jijy » et du « batrelaky ». Les styles traditionnels apportant un côté affranchi aux tendances trop lisses ou trop originales. « Notre force, était  dans nos timbres vocaux différents. Dans les nuances, notre technique a peut être fait la différence », s’accorde Jean Théogène Faramanarina, chef de choeur chez As’ka.  Après cette formation, V-Ray a ravi la seconde place. Conformité dans les interprétations, il n’y avait pas mieux. La troisième marche a été attribuée à la formation Telo sy Telo. Ces six artistes avaient beau user d’une panoplie vocale, le résultat était sans appel. « Le chant a cappella a toujours joué dans l’harmonisation vocale. Nous avons tenté d’apporter d’autres sonorités. Tous les sons et les mélodies des instruments, comme la batterie ou la guitare, ont été faits par la voix », explique Zo Andria­malala, membre de Telo sy Telo. Le « Chant des chorales », une belle initiative qui mérite une deuxième édition mais aussi un peu plus de public. Maminirina Rado 27 Octobre 2014 source lexpressmada.com…

CONCOURS-Deenyz survole « Island Talent Africa »

{lang: 'fr'} Deux primes et déjà la tête du classement pour Deenyz au Island Africa Talent, concours de chants  phare du continent. La chanteuse malgache bénéficie de 52 points. Elle mène la danse, avec une élégance de diva.  Durant le premier prime, sur une chanson de D’gary, « Mpiarakandro », elle a survolé le débat. Au deuxième prime qui s’est tenu ven-dredi, à Abidjan en Côte d’Ivoire, elle a été dépassée d’un demi point par la Camerounaise Danielle Makedah. De très peu, avec 26,5 contre 26 points pour Deenyz. La montée de cette dernière est à surveiller de près. Si l’on en croit ces deux premières épreuves, un chassé croisé entre les deux femmes se dessine.  Il est plus que probable que l’une d’elles remportent  ce concours. Seule Deenyz, comme l’a fait le dernier vainqueur de ce concours, le malgache D-Lain, a pu faire pleurer un membre du jury. Sublimée, la juge Barbara Kanam a versé quelques larmes lors de la prestation en Prime 1 de la chanteuse. Elle a été moins performante avec une chanson de Rihanna lors du deuxième prime. Il faut maintenant qu’elle garde le même tempo pour la suite. M.R. 27 octobre 2014 source lexpressmada.com…

CC ESCA-Solika maîtrise son répertoire

{lang: 'fr'} La troupe Solika a rempli le Cc Esca dimanche après midi.  Du grand art. Mise en scène, décor de théâtre des années ’80, lumière approchante. Ce concert rappelle le Tranompokonolona Isotry, du temps des commissaires « Ratandra», « Bako mpitsongo dia », des personnages de théâtre célèbre, au rang des inspecteurs Columbo.  Peut-être même plus loin, car la formation se donne à fond dans ses prestations des chants d’antan. Mettant en droite ligne les créations d’Andrianary Ratianarivo. Les grands classiques ont étoffé le répertoire. « Bakobako roa » et son explosivité, débutant comme un tube de music-hall. Une chanson d’amour prenant exemple sur la fidélité des pigeons, pris ici au sens le plus propre du terme.  Les grandes vibrations viennent, à chaque récital de Solika, des grands ensembles. Une montée en scène de plus de dix chanteurs et cantatrices.  La chanson « Famindra tanora » se fait dans ce style. La salle est hypnotisée. Elle se trouve enveloppée dans une sorte de bulle rassembleuse. Éternels compositeurs La magie des « revivals » des chansons d’antan re-trouve des couleurs. Retrouver Solika dans ce sillage est un rendez-vous logique. Telle une nuit limpide de pleine lune, « Diavolam-pararano » est un appel à l’astre nocturne. Souvent chez les artistes malgaches d’antan, la lune est propice à l’appel de l’éloigné à sa bien aimée. À travers cette chanson, l’on sent un Andrianary Ratiana­rivo grand romantique. La salle baigne dans cette berceuse du cœur. Un morceau sans doute crée lors des nuits blanches de solitude de l’amoureux. À chaque fois, c’est toute la salle qui applaudit.  Point de moment de relâchement. Presque électrique. Solika, grâce à ce concert, a pu fêter dignement son 25e anniversaire. Une formation qui a vu le jour dans les couloirs de l’université d’Anta­nanarivo. Cet événement d’hier a aussi été un moment pour rendre hommage à deux de ses membres, Patricia et Jacques. Justin Rajoro, Naka Rabemanantsoa, Andrianary Ratianarivo, Rasamy Gitara … Les grands paroliers d’antan ont encore de beaux jours devant eux grâce à Solika. M.R. 27 Octobre 2014 source lexpressmada.com…

FILM-« Tee Shirt Man » revisite la politique

{lang: 'fr'} Le documentaire « Tee shirt man », réalisé par Tovonaina Rasoanaivo et produit par Laza, a été présenté hier. Dans les plis de la politique. Arrêter…

CONCOURS-Une finale inédite « Hira maitso »

{lang: 'fr'} Les quatre finalistes de « Hira maitso » organisé par le Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit et le cercle Germano malgache. Rendez-vous dimanche. Quand Patrice Thomas Soaraza…

event

Balnéo Colbert

zen attitude

Antananarivo
10/31/2014, 2:58
Partiellement ensoleillé
Partiellement ensoleillé
27°C
Vents : 4 m/s SE
 
Concerts

CC ESCA-Solika maîtrise son répertoire

{lang: 'fr'} La troupe Solika a rempli le Cc Esca dimanche après midi.  Du grand art. Mise en scène, décor de théâtre des années ’80, lumière approchante. Ce concert rappelle le Tranompokonolona Isotry, du temps des commissaires « Ratandra», « Bako mpitsongo dia », des personnages de théâtre célèbre, au rang des inspecteurs Columbo.  Peut-être même plus loin, car la formation se donne à fond dans ses prestations des chants d’antan. Mettant en droite ligne les créations d’Andrianary Ratianarivo. Les grands classiques ont étoffé le répertoire. « Bakobako roa » et son explosivité, débutant comme un tube de music-hall. Une chanson d’amour prenant exemple sur la fidélité des pigeons, pris ici au sens le plus propre du terme.  Les grandes vibrations viennent, à chaque récital de Solika, des grands ensembles. Une montée en scène de plus de dix chanteurs et cantatrices.  La chanson « Famindra tanora » se fait dans ce style. La salle est hypnotisée. Elle se trouve enveloppée dans une sorte de bulle rassembleuse. Éternels compositeurs La magie des « revivals » des chansons d’antan re-trouve des couleurs. Retrouver Solika dans ce sillage est un rendez-vous logique. Telle une nuit limpide de pleine lune, « Diavolam-pararano » est un appel à l’astre nocturne. Souvent chez les artistes malgaches d’antan, la lune est propice à l’appel de l’éloigné à sa bien aimée. À travers cette chanson, l’on sent un Andrianary Ratiana­rivo grand romantique. La salle baigne dans cette berceuse du cœur. Un morceau sans doute crée lors des nuits blanches de solitude de l’amoureux. À chaque fois, c’est toute la salle qui applaudit.  Point de moment de relâchement. Presque électrique. Solika, grâce à ce concert, a pu fêter dignement son 25e anniversaire. Une formation qui a vu le jour dans les couloirs de l’université d’Anta­nanarivo. Cet événement d’hier a aussi été un moment pour rendre hommage à deux de ses membres, Patricia et Jacques. Justin Rajoro, Naka Rabemanantsoa, Andrianary Ratianarivo, Rasamy Gitara … Les grands paroliers d’antan ont encore de beaux jours devant eux grâce à Solika. M.R. 27 Octobre 2014 source lexpressmada.com…

Musique – Solika s’attache à Miritsoka

{lang: 'fr'} Le groupe Solika va collaborer à partir de maintenant avec le studio Miritsoka. La première concrétisation de ce rapprochement sera un concert, le 26 octobre à…

Nosy Be – Du classique en bord de mer

{lang: 'fr'} Un concert classique en carte postale. Le festival « Nosy be Symphonies » continue sur sa lancée, en offrant un concert en bord de mer jeudi…

Composition2