Angaredona Concert royal et fête populaire

Angaredona n’a pas démarré au quart de tour, le public ayant été plus spectateur que participant (Photo Maminirina Rado)
Plusieurs groupes, bien ou peu connus, sont venus réchauffer la cour du palais d’Ambohimanga, hier après midi. Angaredona, c’est aussi un peu d’histoire.
La place royale de Fidasiana a accueilli le festival Angaredona, hier. Ce concert, quelque part, était synonyme de grand retour pour les uns, et de révélation pour les autres. Les riverains d’Ambohimanga étaient aux premières loges. En guise d’entrée, un spectacle de danse folklorique ou « Vako-drazana » a ouvert le bal. Une particularité qui a émoustillé le présentateur Gothlieb, un quinquagénaire déguisé en gros dindon plus vrai que nature. Dans une ambiance de foire, le spectacle a continué avec la montée sur scène de Rajery, initiateur du festival. Après ses propres morceaux, il a invité Tiloune Ramoune, le massif chanteur du groupe réunionnais Dé Pat Atèr, adepte du maloya, pour un boeuf entre valiha et grosse voix, apprécié du public de façon mitigée. Ensuite sont montées les révélations, du nom de groupe, Jahleky. Pour maillon fort, leur accordéoniste entre dans la droite ligne des Régis Gizavo et des feus Médicis, toujours devant une assistance assez amorphe. Pour le moment, le public semble au stade de la découverte.

Fête et enchantement

Après à deux heures d’enchantement dubitatif, Tarika Sammy s’est produit, accompagné de Ruddiger Opperman, un harpiste allemand barbu qui possède plusieurs cordes à son arc. « Il est le producteur d’un festival en Allemagne nommé Klang Welteng », présente Sammy, qui a profité de l’occasion pour présenter sa nouvelle création. Le kabôsy valiha s’avère être un alliage des deux instruments traditionnels malgaches. Quant à l’allemand, il a déjà fait tourner des grands noms de la scène comme Olombelo Ricky, Médicis et tant d’autres. « Je suis là pour un échange, et surtout, je suis attiré par la musique traditionnelle », déclare en marge de sa prestation Ruddiger Opperman. Les deux derniers groupes allaient être l’apothéose de ce concert. D’abord, Mika et Davis n’ont pas hésité à offrir plusieurs de leurs nouveaux morceaux figurant dans leur prochain album. Encore observateur, le public commençait à se dandiner nonchalamment. Vers la fin, un groupe de jeunes filles sont venues devant la scène sur les morceaux célèbres du duo tamatavien. Le groupe recomposé Feon’ala a finalement déchaîné les passions, et le service d’ordre méticuleux au début s’est vu submergé en un clin d’oeil. La grande liesse a enfin commencé, et la poussière est montée jusqu’aux dieux de l’Angaredona. Le festival se poursuit ce jour par un concert au Cercle Germano Malagasy à partir de 19 h.

Maminirina Rado
Mercredi 21 septembre 2011  source lexpressmada.com

Une Réponse à "Angaredona Concert royal et fête populaire"

  1. expob   31/01/2012 at 11:56

    hi??

    0

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion