Forum TIC à l’IFM le réseau social décortiqué

Ziad Maalouf, responsable de l’émission Atelier des Médias, a animé les débats (Photo Lova Rafidiarisoa)
Les phénomènes blog et réseau social génèrent un engouement certain auprès des jeunes. Mais il reste à définir les bornes à ne pas dépasser, sans pour autant grever la liberté d’expression qu’ils apportent.
Le forum sur le défi numérique a drainé une foule. Un public quelque peu angoissé. Il était 14 h 50, et la salle de l’Institut français à Madagascar (IFM) était déjà pleine comme un œuf.

Jeunes, blogueurs ou non, allumant dans leurs coins qui un ordinateur, un smartphone ou une tablettes, ne passent pas inaperçus. De quoi montrer qu’on est branchés.

Ziad Maalouf, journaliste à Radio France internationale (RFI), et animateur de l’émission « Atelier médias », donne quelques détails techniques avant de lancer à l’assistance la diffusion du forum sur les antennes de RFI. Une annonce très appréciée par le public.

Pendant deux heures, l’IFM est devenu un point de rencontre entre les blogueurs, les professionnels du métier ainsi que des jeunes adeptes des nouvelles technologies. L’internet et les réseaux sociaux ont bouleversé la vie des Malgaches.

Depuis leur avènement, les gens en parlent. Surtout dans les grandes villes. Avoir un compte social devient un droit indéniable pour les jeunes.

« J’ai ouvert mon compte Facebook en 2008. Au début, il m’a servi à garder les contacts avec mes amis du collège après le bac. Son utilisation ne s’arrête plus là. Le budget shopping a tendance à diminuer vers les nouvelles technologies », témoigne une étudiante en communication de l’Ecole SAMIS ESIC.

L’internet est aussi synonyme de liberté d’expression. A Madagascar, plusieurs communautés de la blogosphère commencent à s’activer. C’est le cas de Malagasy ihub, dont les membres sont venus nombreux pour couvrir l’évènement. Jean Marc Rolland, l’un des responsables de cette communauté de blogueurs alimente, en live, le fil twitter du forum, le « #definumérique ». Une geste significative. Histoire de renvoyer l’ascenceur à l’Atelier Medias.

« Ziad Maalouf, et Atelier Medias organiseront un mini barcamp pour les blogueurs demain (ndlr aujourd’hui) à Tsimbazaza », lance-t-il. Un barcamp est une rencontre, une non conférence, dans le jargon de la blogosphère.

A la suite de la crise politique en 2009, les phénomènes blog et réseau social ont pris de l’ampleur.

Appropriation

« Le blog enrichit le paysage médiatique », affirme Thierry Ratsizehena, l’un des invités au Forum.

Lalatiana Ariniaina, une autre invitée de Ziad Maalouf, blogueuse de son état et auteur de Ampela Miblaogy, fait partie de ces blogueurs post crise. Son fil twitter servira à informer ses proches et les suiveurs d’être au cœur de l’évènement à Madagascar.

« L’objectif consiste à partager les informations sur Madagascar. Sur mon twitter, les gens peuvent savoir l’endroit où il y a une émeute ou manifestation », témoigne-t-elle.

L’une des raisons des explosions du phénomène blog est sans doute l’avancée des technologies et la forte utilisation de la téléphonie mobile. Depuis son poste, tout le monde peut se connecter à internet. D’ailleurs, l’utilisation du téléphone portable connaît une forte progression dans la Grande île.

« En 2009, plus de 6 millions d’utilisateurs, c’est-à-dire, 32% de la population possèdent donc un téléphone portable », affirme Annie Chéneau-Loquay, directrice de recherche au Centre national de recherche scientifique (CNRS) et auteur du rapport « Modes d’appropriation innovants du téléphone mobile en Afrique ».

Mais l’une des lacunes dans l’utilisation des outils liées à la technologie de l’information et de la communication (TIC) reste sans doute la formation.

« On s’inquiète beaucoup du côté de l’usager », confirme Thierry Ratsizehena. Un avis partagé par Damien de Lamberterie, directeur général de Blueline. « Il manque des compétences sur le marché », confie ce haut responsable d’une société fournisseur d’accès internet.

A entendre le témoignage des différents intervenants, le reseau social ouvre un grand univers aux internautes, une autre culture. Quid de l’enjeu économique ? En guise de réponse, l’IFM donne déjà rendez-vous le 26 octobre.

Lova Rafidiarisoa
Jeudi 29 septembre 2011  source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion