Livre libéré auteur retrouvé

Un concept contemporain dénommé « Libérer le livre » sera lancé, ce jour, journée mondiale de la bibliodiversité, sous l’égide de Marie Michèle Razafitsalama.

Cette éditrice propose à tous ceux qui affectionnent la lecture de déposer, libérer serait le terme approprié, leur livre préféré écrit par leur auteur préféré. Presque un sacrifice, dira-t-on.

Mais l’objectif est de diversifier la lecture. La promotrice s’explique. « Vous déposez le livre n’importe où sans plus y penser après. Vous laissez un petit mot dedans, expliquant pourquoi vous aimez ce livre, personnel ou non. Et enfin vous demandez à celui ou celle qui a trouvé le livre d’en faire autant ». Jusqu’à maintenant, une trentaine de personnes ont répondu à l’appel. Le concept semble nouveau, mais à l’étranger, c’est une banalité de sortir un livre du carcan habituel, parfois austère et un peu étroit des bibliothèques. Comme cela, il est aussi facile de démocratiser des auteurs. La pionnière du mouvement précise que la langue ou le contenu du livre importe peu, il suffit seulement de le déposer et de ne plus y penser.

Il ne faudra pas alors s’étonner de retrouver Dinitra de Rado Andriamanantena, ou un roman d’Hemingway sur la pelouse du jardin d’Ambohijatovo…

Maminirina Rado
Mercredi 21 septembre 2011  source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion