Festival Un vent de jeunesse souffle sur Madajazzcar

Les joueurs d’instruments à vents impressionnent toujours les fanatiques du jazz (Photo Sergio Maryl)
Il a fallu un concert pour prendre la mesure de cette édition 2011 du festival international Madjazzcar. L’on peut déjà se préparer à des moments forts, cette année.
La jeunesse souffle sur le Madjazzcar 2011, c’est d’autant plus le thème consacré à ce festival cette année. Le quintet d’Erik Kimestad Pedersen à la trompette, Samy Andriamanoro au clavier, Haja Andrianary à la basse, Tahiry Andriamanoro à la batterie et Rado Rakotoralahy au micro a ouvert le bal, hier soir, au Palais des Sports de Mahamasina.
À voir ce trompettiste norvégien, le talent n’attend pas l’âge. Sa jeunesse, une vingtaine d’années à main levée, donne de la fougue à chaque morceau joué lors du concert d’ouverture. Comme Along together, un standard que la formation a joué avec fraîcheur, énergie et surtout beaucoup de complicité.
« C’est bien de voir des jeunes et des moins jeunes communier d’une telle manière », fait remarquer Eusébia Fatouma, fille de Jaojoby Eusèbe, le roi du salegy et non moins patronne de Jao’s Pub Ambohipo.
Dix minutes de pause, le temps que le quartet Nojazz s’installe. Avec un look hautement coloré, le quartet est prêt à casser la baraque. Cette formation a nourri sa musique de diverses influences, électro-jazz, funk et rap pour réussir un style explosif. Et une ambiance festive s’impose.
Diverses influences
Au saxophone, Philippe Sellam déchaîne les passions. Avec Guillaume Poncelet à la trompette, il joue sur la spontanéité et le plaisir de jouer ensemble. Poussé par Pascal Réva aux percussions et Philippe Balatier au clavier, le groupe enflamme la scène de Madajazzcar qui découvre avec plaisir ce mélange surprenant.
Oreilles sensibles s’abstenir. Loin de l’ambiance feutrée de jazz, Nojazz dévoile un style qualifié d’extra-terrestre. Un style aventureux et inventif qui échappe à tout essai de classification. Chaque titre est fait d’improvisation, d’inventions mélodiques et de rythmes endiablés.
« Je ne les connais pas mais ils ont un style nourri de diverses influences… » remarque l’ambassadeur de France, Jean-Marc Chataîgner, en sortant du concert, ravi de cette découverte de la soirée.

Programme
10h : Atelier-rencontre à l’IFM Analakejy avec Nojazz (France)
19h : CGM Analakely, Jazz club du CGM (Hasina/ Josia/ Andry/Mika, Sanda/ Anjaniony)

Domoina Ratsara
Mardi 04 octobre 2011  source lexpressmada.com

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion