Une apothéose à Antsahamanitra

Jaojoby Eusèbe, en apprenti jazziste, a ravi le public, samedi à Antsahamanitra (Photo Maminirina Rado)
L’édition 2011 du festival Madajazzcar a été sous le signe d’une jeunesse de génie folle et créative. Rendez-vous est d’ores et déjà donné pour 2012.
La messe finale du festival Madajazzcar 2011 à Antsahamanitra avait tout de ce que l’on peut qualifier de fête, samedi, après-midi. Surprise, émotion et ivresse d’un public hétérogène, la joie de jouer et de s’écouter chez les musiciens s’est un instant emparée du théâtre de verdure. À titre d’exemple, cette scène inoubliable où Jaojoby Eusèbe venait de s’asseoir, sous un tollé d’applaudissement, sur le gradin du public.
C’est sa formation, Jao’s Band, qui est en scène. D’un coup, il devient spectateur devisant avec un jeune garçon qui n’en croit pas ses yeux, avant de prendre lui-même le micro. « Je ne suis pas un jazziste professionnel mais je joue seulement mon feeling », déclare-t-il.
L’on ne pourrait pas non plus passer outre le harmoniciste Max de Aloe, qui prend son pied à montrer ses chaussures, une sorte d’espadrille avec des orteils. Difficile à dire mais tout un personnage. Il n’hésite pas à lever l’une de ses jambes tout en soufflant sur son instrument pour amuser et étonner le public. Sans oublier le pianiste réunionnais Tryazz, qui essaie tant bien que mal de détacher la relation rasta/reggae pour le redéfinir dans le jazz. Antsahamanitra vibre et le suit au pas.
Musique en beauté
Tout cela, avec l’émotion apportée par Sivy Mahasaky, dont la chanson d’entrée a été, « Zanahary ô tahio ». Une vraie communion. Le jazz, c’est aussi une musique de l’espérance. Ntsoa Randriamifidimanana, le patron du groupe Pacom, ne s’y trompe pas. « Leur performance m’a scotché », s’exclame-t-il, emporté par le rythme.
Il y a aussi ces yeux pleins d’admiration des Israéliens guitariste et pianiste, Yuval Amihai et Yoav Cohen, devant la performance du jeune Ndriana Kely à la batterie. Plus tard, Hajazz, du groupe Solomiral, commente. « Les étrangers ont vu notre compétence musicale en matière de jazz. Certains se sont demandés pourquoi, avec ce niveau, un tel musicien se trouve encore ici mais n’écume pas les scènes internationales ».
Ce samedi après-midi, il y avait également des cadeaux. Quand Mina Gossi, la diva béninoise, monte sur scène et interprète un semi a capella d’ « Afroblues » appuyé par des simples « clacs » de baguettes de Mendrika. Divine et sensuelle. Désiré Razafindrazaka et Mendrika tombent, directs, sous le charme. « Bizoux », scande le public avec un amusement complice. Autant de scènes de vie pour la postérité de la musique. Ce concert de clôture a pu, à lui seul, résumer cette édition du festival Madajazzcar 2011, « où surtout le public a répondu présent, ainsi que tous les partenaires », conclut Désiré Razafindrazaka.

Maminirina Rado
Lundi 17 octobre 2011   source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion