Aubaine d’études américaines pour trois étudiants malgaches

Le programme Stony Brook Study Abroad 2011, est une aubaine pour trois étudiants malgaches
Tharisse Ukizintambara, encadreur du programme et Mamy Rabezanahary, debout, lors de la présentation d'hier à Ankatso.(Photo Claude Rakotobe)
Le programme Stony Brook Study Abroad 2011, est une aubaine pour trois étudiants malgaches. Il leur permet d’être aux côtés de leurs pairs américains

C’est confir­mé ! Les étudiants malgaches ont le même niveau que leurs homologues américains. Douze étudiants, dont trois malgaches issus de l’Université d’Antananarivo et de Fianarantsoa, ont participé au programme Stony Brook Study Abroad 2011, en suivant deux mois et demi de cours théoriques et pratiques, sur la valorisation de la biodiversité et de sa conservation à Ranomafana. Lors de la présentation de leurs projets de développement qui s’est déroulée hier à Ankatso, les impétrants malgaches ont su défendre leurs recherches, en parlant couramment l’anglais, comme s’ils étaient  des natifs des Etats-Unis d’Amérique. D’après Benjamin Andria­mihaja, représentant national de l’Institute for Conser­vation of Tropical Environment (ICTE) à Mada­gascar, ce programme, en tant que plate-forme d’échan­ges, offre un avantage aux étudiants malgaches. « Ils saisissent l’oppor­tu­nité d’étudier avec des Américains, de les accompagner dans les recherches et de découvrir les réalités dans les parcs nationaux , afin de participer au projet de développement qui s’adresse à la communauté de base riveraine de ces parcs », a-t-il indiqué.

Bourses d’études
Mamy Rabezanahary, agronome de formation, a brillé durant sa présentation, en étayant son projet sur « The value of benefits associated with biodiversity in Rano­mafana National Park ». Cette étudiante a, en effet, expliqué, que les communautés de base, voisines du parc, peuvent tirer profit du tourisme et des recherches menées à Rano­mafana.  « La moitié des prix d’entrée est versée au Madagascar National Park , l’autre moitié est allouée à la population locale, de manière à ce qu’elle l’utilise, en faveur de la conservation de l’environnement dans lequel elle vit », a-t-elle exposé. Tous les ans, ICTE lance un avis aux différents départements des universités, dans le but de sélectionner les meilleurs étudiants qui parlent anglais. Les candidats retenus, sont ceux qui réussissent l’interview avec le responsable du programme. Près de 50 étudiants ont fait leur parcours avec ce programme. Ils ont pu décrocher des bourses d’études aux États-Unis, grâce à la valeur ajoutée de leur certificat de Stony Brook Study Abroad et revenir au pays, en obtenant fièrement le grade universitaire le plus élevé, qu’est le Philosophiæ Doctor.

Michella Raharisoa
Vendredi 18 novembre 2011

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion