Kabary La littérature se développe

Hajaina Andrianasolo, directeur de la pédagogie et de la recherche à la FIMPIMA anime le cours gratuit de Kabary (Photo Mamy Mael)
Le kabary a sa littérature. La FIMPIMA le prouve avec une richesse inouïe de bibliographie nouvelle et récente.

Dans le cadre de la semaine du kabary qui a ouvert ses portes depuis mercredi au Tahala Rarihasina, Analakely, l’association des Mpikabary de Madagascar (FIMPIMA) organise une expo-vente de littérature sur le kabary. Si l’édition se porte mal à Madagascar, les initiatives individuelles marchent fort et créent une dynamique de production. Pour les quelques jours d’expo, une trentaine d’auteurs seront présents. L’offre éditoriale est diversifiée même si la qualité laisse parfois à désirer.
La FIMPIMA, avec ses 3 150 membres à Madagascar et dans le monde, est la première productrice de littérature sur le kabary. Elle compte deux documents de référence dont « Vona mampiray » et « Soridàlan-komban-kahatsangy » (2006). Les deux bibles de l’apprentissage du kabary pour les apprenants d’ici et d’ailleurs, notamment pour les membres de l’association.
Un début
« Soridàlan-komban-kaha­tsangy » comprend un partage d’expériences de nombreux mpikabary professionnels. C’est un document d’enseignement du kabary. Tandis que « Vona mampiray » aborde l’enseignement de manière plus générale », précise Hajaina Andrianasolo, directeur de la pédagogie et de la recherche au sein du bureau de la FIMPIMA.
Hormis les deux documents de base, d’autres ouvrages comme « Diary kanto » en trois tomes pour marquer le 45e anniversaire de l’association viennent garnir la bibliographie de la FIMPIMA. « Ambarion-kabary » se présente comme un annuaire des mpikabary avec une petite biographie. L’association a prévu dans son programme de sortir un ouvrage chaque année ou tous les deux ans.
La FIMPIMA encourage ses membres à produire leurs propres ouvrages. Ils sont une dizaine à se lancer dans l’aventure. Les deux anciens présidents de l’association, Lalao François Rabenan­drasana et Herisoa Andria­naina Rakotojaona, sont les prolixes. D’autres mpikabary plus jeunes le sont également à leur manière. Andry Tiana Rajaomaria surprend avec son « Kabary Kristianina » dans lequel il invite à une utilisation efficace des versets bibliques pour construire son kabary.
L’association est aujourd’hui présente dans tout Madagascar, en France, au Canada et aux États-Unis.

Domoina Ratsara
Vendredi 11 novembre 2011  source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion