Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Erick Manana et Jenny en apothéose

{lang: 'fr'}

Jenny (à g.) et Erick Manana, une complicité sans fausse note (Photo Mamy Mael)
Le duo Erick Manana et Jenny termine sa tournée au Carlton. Un moment qui s’annonce riche et intense.
Le duo Erick Manana & Jenny Fuhr est à nouveau à Tanà pour terminer sa tournée 2011 au Carlton demain soir à partir de 20 heures. La magie de ce duo a tout de suite opéré dès le premier concert. Plus qu’un duo, c’est une alchimie. Entre eux, les échanges de regards furtifs et les esquisses de sourire suffisent pour se mettre au diapason.

Ca fait deux ans qu’Erick Manana et Jenny Fuhr se sont joints dans cette aventure musicale des plus extraordinaires. Deux ans pendant lesquelles Jenny a appris à chanter en malgache, à le parler, à s’approprier l’âme malgache pour devenir quelque part malgache.

« Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi réceptif qu’elle. Avec Jenny, je peux lui apprendre vingt compositions en une seule journée. Sa capacité d’assimilation est extraordinaire. Elle sait écouter. Mais je pense que son amour pour la musique malgache y est aussi pour quelque chose », commente Erick Manana.

Quand on écoute « 2CV an-dRandria », on aurait cru entendre une de ces chanteuses de « Kalon’ny fahiny ». Car Jenny s’est aussi appropriée l’« angolan’Imerina ». De formation classique, elle a toujours voulu rester à l’écoute de tout ce qui l’entoure.

Album en préparation

« Depuis mon enfance, j’ai toujours adoré écouter les vieilles chansons. Quand j’ai mené mes travaux de recherche sur la musique malgache à Madagascar, j’ai été amenée à rencontrer des mpihira gasy. Leur manière de chanter m’a énormément touchée », confie Jenny.

Si au départ, elle voulait surtout jouer de la valiha, un travail qu’elle a commencé en 2005 aux côtés de Doné Andriambaliha. Erick Manana, avec ses encouragements, a réussi à la transformer en une artiste accomplie à la fois chanteuse, flûtiste et violoniste.

Quant à Erick Manana, installé en France depuis 1978, le déracinement, le dépaysement et la nostalgie ont réveillé en lui une force créatrice insoupçonnée. La musique traditionnelle notamment les hira gasy ont profondément marqué cet artiste qui voue une grande admiration à Razilina, Kambana mirahalahy ou encore à Voamaintilany.

Le dîner-concert de ce vendredi sera le point final de la tournée d’Erick Manana et de Jenny à Madagascar cette année. Mais les deux artistes comptent revenir l’année prochaine avec un album dans leurs bagages et concoctent un grand rendez-vous avec le public au Palais des Sports.

Domoina Ratsara
Jeudi 08 septembre 2011  source expressmada.com

GD Star Rating
a WordPress rating system

Articles des différentes rubriques qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Why ask?