Zoom sur les auteurs en français d’ailleurs

« Ecrire en français, venir d’ailleurs », une conférence animée par Bernard Magnier, journaliste, spécialiste des littératures africaines donne un aperçu de la progression de la présence des littératures d’expression française venues d’ailleurs en France. Il évoque cette présence « souterraine et diffuse » des auteurs d’origine étrangère et en explique leur rapport avec la langue française.
Le directeur de la collection « lettres africaines » aux Editions Actes Sud dresse le panorama des auteurs venus de l’étranger qui sont venus enrichir les lettres françaises. Les noms d’Algirdas Julien Greimas de la Lituanie, Emile Ben­veniste né en Syrie, Julia Kristeva d’origine bulgare ont marqué la linguistique française avec leurs travaux novateurs.
Dans sa longue liste, le conférencier n’a pas manquer de citer quelques noms com­me le tchèque Milan Kundera avec La plaisanterie, l’argentin Hector Bianciotti et son Traité des saisons, Agota Kristof et sa trilogie (Le Grand cahier, La preuve et Le troisième mensonge), Jorge Semprun et le roman autobiographique Le grand voyage sans oublier l’afghan Atiq Rahimi avec son Syngué Sabour, prix Goncourt 2008.
Le rapport de ces auteurs avec la langue française s’avère tantôt passionné tantôt conflictuel. Pour certains auteurs, la langue française permet d’exprimer la douleur, la revanche, l’amour ou la distanciation. Pour d’autres, l’adoption de la langue française permet de se libérer des contraintes de la langue maternelle.
« Pourquoi le choix du français L’exil ou l’éloignement. Le désir d’affirmer une revanche, de s’inscrire dans une histoire littéraire prestigieuse. Il y aussi la volonté d’insuffler des gênes dans les deux sens du terme, l’envie de partager son pays, de montrer aux autres leurs propres regards sur leurs pays et l’attrait de la grande diffusion dans l’aire francophone » note le conférencier.

Domoina Ratsara
Lundi 19 mars 2012  source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion