L’Allée des Baobabs dévastée par le feu

L’aire protégée de Bekonazy, à 22 km de Morondava, a été la proie d’un incendie. Le feu a ravagé douze hectares de forêts, abritant l’Allée des Baobabs.

Une catastrophe s’est abattue sur l’une des attractions touristiques du Sud-ouest. Samedi, les flammes ont déferlé dans la réserve naturelle de Bekonazy, célèbre par son Allée des Baobabs. Une superficie d’environ douze hectares a été dévastée par le feu d’après un bilan établi par les officiers de police judiciaire de la direction régionale de l’Environnement et forêts de la région Menabe, qui il ont ouvert une enquête conjointe avec la brigade de la gendarmerie de Mo­rondava. Dans cette fournaise, deux cases en bois, faisant office d’habitation ont été réduites en cendres. Aucune perte en vie humaine n’est en revanche à déplorer.
Situé à 22 kilomètres du chef lieu de district de Mo­rondava, sur la route de Belo-sur-Tsiribihina, ce site est classé patrimoine nationale. Sur près de 200 mètres, sa forêt d’imposants baobabs est traversée en ligne droite par la nationale numéro 8.

Acte criminel

Des jeunes baobabs ont été carbonisés. Au total, 174 pieds en ont fait les frais, en plus de 99 jeunes plants partis en fumée. Ces derniers étaient parmi 220 baobabs, mis en terre au mois d’avril lors du passage du président de la transition.

L’incendie a éclaté aux alentours de 11 heures. Le fokonolona n’est venu à bout des flammes que dans l’après-midi vers 16h30. Des mem­bres de l’organisation non gouvernementale Fanamby qui veille sur le site ont prêté main forte aux gardes forestiers et forces de gendarmerie, dépêchés depuis Mo­rondava.
Faute de moyens suffisants, la lutte contre l’incendie sem­blait être perdue d’avance selon des témoignages. Armés d’arrosoirs et de feuillages, les personnes venues à la rescousse ont tant bien que mal réussi un tour de force. Au terme de quatre longues heures, la situation commençait enfin à être maîtrisée.
Les flammes ont ravagé la partie ouest de l’Allée des Baobabs mais n’a pas frappé celle de l’est.
Plusieurs thèses ont été avancées quant à l’origine du feu. Les enquêteurs privilégient entre autres l’imprudence d’un passant ou d’un visiteur, à défaut d’un acte criminel.
En passant en peigne fin le champ de ruines que le feu a laissé sur son passage, les enquêteurs ont décelé que l’incendie a éclaté en pleine forêt.

Seth Andriamarohasina
Mardi 27 novembre 2012 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion