Trois jours de « Tapôlaka » avec Rossy

Donner une structure pérenne au Hira gasy. C’est le projet de Rossy qui lui donne la force de donner trois concerts d’affilée.

Durant trois jours, Rossy a mis tout le monde d’accord qu’il reste encore le maître du « Tapôlaka ». Ce week-end, de vendredi à dimanche, il a donné trois concerts de marathonien au Stade Annexe Mahamasina. Quand on met du baume au cœur, c’est faisable. Car l’artiste fait tout cela pour donner du visuel, et monter des fonds pour son projet « Toit de la Culture ». Comme il le dit. « Vendredi et samedi, c’étaient réservés pour ceux qui cherchaient l’intimité. Nous avons voulu faire découvrir les lieux à ceux qui sont encore réticents », souligne Rossy.
Les ballades du chanteur ont alors façonné l’ambiance générale de la soirée. Hafatra, Any malala et tant d’autres avaient de quoi se laisser surprendre dans un brin de nostalgie.
Question relève, Rossy a de quoi espérer avec Mathieu Urge. Un tronc d’arbre à la coupe de Gi’s, mais qui chante à merveille Ikalasoa.
Il s’est même habillé avec les tenues de chanteur de Hira gasy. « Il est fan des chansons malgaches, comme Voninavoko, les miennes et d’autres artistes, il les a toutes apprises et les maîtrise maintenant », se réjouit Rossy.
Visibilité acquise
Le samedi, c’était à peu de chose près la même soirée que le vendredi. Une ambiance cabaret inchangée, le même public. Cette fois, Rossy a un peu monté le volume avec ses morceaux comme Zana-drazana, Bal kanôsy … Tout le monde y a trouvé son compte et la piste se remplissait facilement. Durant près de trois heures, les musiciens ne montraient aucun signe d’une fatigue accumulée la veille.
C’est qu’ils devaient penser au lendemain, le dernier concert qui va clôturer ce week end de folie. Dimanche, Rossy est plus fringant que jamais. Le réveil semble difficile, car les deux soirées se sont terminées aux petites heures. « C’est le dernier concert que nous faisons. Nous allons partir pour une tournée à Antsiranana », lance t-il. Ces concerts servent aussi de levée de fond mais la mission semble être réussie pour ce digne protecteur du Hira gasy. « Le prochain projet, c’est d’aller à la rencontre des
grandes familles et les mécènes potentiels de la Capitale pour pouvoir atteindre nos objectifs », conclut-il.

Maminirina Rado
Mardi 27 novembre 2012 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion