Ccesca – Fanja et Solo en toute simplicité

« Hira tsotra » est une rencontre dans tous les sens. Voyage au cœur d’un répertoire aux influences jazz.DSC_0219

Douce soirée bercée par une musique tout en velours au CCESCA, à Antanimena, vendredi soir où Fanja Andriamanantena et Solo Andrianasolo ont partagé la scène dans « Hira tsotra ». En toute simplicité, ils ont fait voyager le public à travers un répertoire riche en mélodies. Accompagnés par de jeunes artistes qui ont su insuffler à chaque titre une véritable énergie jazz, les deux artistes se sont révélés d’une incroyable fraîcheur.
Sous le charme de la voix chantante de Fanja Andria­manantena et son malgache impeccable, le public apprécie les anecdotes qui accompagnent chaque titre. Car, l’auteure-compositrice et interprète ne se contente pas de chanter, elle donne des informations sur chaque titre. « Quand je ne fais aucune remarque sur un titre, il faut comprendre qu’il s’agit d’une de mes propres compositions ! », a-t-elle révélé. Et elle reprend avec « Rehefa injay », « un titre de mon premier album sorti en 2000 », a-t-elle précisé.
De son côté, Solo Andrianasolo reste un éternel studieux. Saxophone ou guitare en bandoulière, quand il se met à s’exprimer avec son instrument, on ne peut pas l’arrêter. Il présente un nouveau titre, « Ilo », « dont le texte est de Dox, la musique de Bessa ».

Musiciens réputés

Après « Isaky », presque repris en chœur, il revisite « Aleo », interprété par Rija Ramanantoanina, qu’il a décliné toute en finesse dans un swing qui donne la bougeotte. Quand il a repris « Soa », c’est toute la salle qui chante avec lui.
« Hira tsotra » a révélé des musiciens réputés pour l’éclectisme de leur talent. Quand le polyvalent Rivo kely entre en interaction avec le jeune Njaka, il en ressort un chaleureux dialogue parfois teinté d’humour. Dans « Mpivaro-tena » de Bessa, reprise par Fanja Andria­manantena, c’est un quintet bien dosé, avec Solo Andrianasolo au saxophone, qui vient accompagner ce standard intemporel. C’est dans « Ririnina mamirifiry », un titre du deuxième album de Fanja Andriamanantena que les musiciens explosent leur génie, notamment, le digne fils de Salomon à la basse, Henintsoa, et Lova à la batterie.

Domoina Ratsara

lundi 12 mai 2014 source lexpressmada.com

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion