Les artistes prennent leur destin en main

DSC_0790Des résolutions seront remises au nouveau ministre de l’Artisanat, de la Culture et du Patrimoine. Histoire de rappeler les chantiers qui l’attendent dans le secteur culturel.

Face à la nébuleuse qui entoure le destin du milieu culturel, la fédération des syndicats des artistes a décidé de prendre les choses en main. Des résolutions qui résument les préoccupations actuelles des artistes ont été présentées à la presse, hier matin au CGM Analakely. Le document se veut être un rappel des grands chantiers déjà commencés qui attendent dans le secteur culturel. Une manière aussi pour les artistes de signifier son existence.
Dans leur discours, les ténors de ce « mouvement de réveil » ont traduit de manière claire et concrète ce que signifie : « culture, levier du développement ». La culture est un secteur à forte valeur ajoutée, c’est ainsi qu’on peut résumer les interventions des uns et des autres. On parle d’apport de la culture au Produit Intérieur Brut (PIB) ou de PIB culturel, de production de biens et services culturels, de secteur lié au rayonnement et à l’attractivité de la Grande Ile, et de création d’emplois.
« En France, la culture contribue sept fois plus au PIB que l’industrie automobile », assène Alban Ramiandrisoa-Ratsivalaka, vice-président de la Fédération des syndicats d’artistes de Madagascar.

Grand chantier

Le document reprend quelques points de la politique culturelle nationale, notamment les dispositifs qui participent au renforcement de la base de la culture malgache. L’incontournable statut des artistes, la salvatrice loi sur le mécénat, la politique malgache du livre, la rémunération pour copie privée, la lutte contre la contrefaçon et la mise en place et l’opérationnalisation de la plateforme des organisateurs des festivals.
« Nous avons déjà établi un plan d’action et un chronogramme pour le suivi de sa mise en œuvre », a lancé le porte-parole de ce collectif qui prend cette mission au sérieux.
Convaincus dans cet engagement, les syndicats et les fédérations artistiques comptent désormais faire entendre leur voix sur toutes les questions culturelles. Ils ont fait preuve de solidarité, et se rassemblent autour de cette lutte commune qu’est la valorisation du secteur culturel. Le collectif engage par la même occasion une réflexion exigeante autour des problématiques majeures de son secteur.

Domoina Ratsara
samedi 10 mai 2014 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion