Célébration – Demi-siècle d’Ampefiloha en musique

ampefiloha-rolf

Deux jours à tout casser pour la célébration des cinquante années d’existence du quartier d’Ampefiloha. La fête a été aux normes.

Ça a été bel et bien la fête d’Am­pefiloha, vendredi et samedi. Occasion­nant l’un des pires moments pour les automobilistes d’Anta­nanarivo, la moitié de l’artère principale qui traverse le quartier a été condamnée pour placer la scène. La cité célèbre cinquante ans d’existence cette année.

Plus d’une vingtaine de groupes, plus les artistes du quartier, se sont suppléés durant deux jours. C’est le président de la délégation spéciale d’Antananarivo, Ny Hasina Andriamanjato, qui a officialisé le début des célébrations. Les premières notes ont été lancées vendredi en milieu d’après-midi. C’est Princio qui allait conclure ce concert fleuve. Mais il y a eu d’abord Firmin ainsi que d’autres.

Malgré que le spectacle ait été gratuit, le public n’a pas répondu massivement même quand les grosses pointures ont défilé. Quel­ques conversations surprises dans les couloirs du quartier démontraient une désolidarisation envers cette célébration. L’association « Ampe­filoha Cité Miray », ou Acm, est pointée du doigt par bon nombre de riverains.

Le second jour allait être plus animé. Cependant, le public n’a pas été non plus au rendez-vous. La présence de Bodo ou d’Iraim­bilanja a été loin d’avoir convaincu les amateurs de fiestas.

Grosses pointures
De plus, le présentateur Eric, du duo humoriste Fou Hehy, a été plus ou moins soporifique à un certain moment. Quoi qu’il en soit, Iraimbilanja reste l’un des rock-band les plus appréciés des gars du quartier. Avec leurs titres dont « Tehina », « Tsindri­mandry » et compagnie ont été entonnés avec les spectateurs.
Les artistes du quartier se sont fait aussi remarquer. Comme Seheno Rama, qui chante une musique groovy, Mazavaloha avec son reggae roots, et des chorégraphes en herbe. On peut dire que cette célébration a été une réussite, car, offrir ces brochettes d’artistes sans faire payer le public a été un pari. Par ailleurs, les retombées ne feront qu’accentuer la réputation du bien-vivre accolée à la cité Ampefiloha. Les riverains attendent plus de clarté venant de l’Acm sur les fonds alloués par la diaspora « Ampefiloha » pour le bien de tout le quartier.

Maminirina Rado

23 Juin 2014 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion