Fête de l’Indépendance – Les podiums attirent Antananarivo

BOUSSA-ANDOHALO-5

Les Tananariviens ont apprécié avec la manière les podiums proposés lors des festivités de l’Indépendance. Grand tour fatal.

Éparpiller les podiums a été un choix judicieux. Au jardin d’Ando­halo, jusqu’à Sabotsy Namehana et en passant par Antanimenabe à Anko­rondrano, la fête a été bien accueillie par Antananarivo. Il y avait de quoi, par exemple Tempo Gaigy remet sur le tapis « Misaotra foana foana» à Ankorondrano. Au loin, les feux d’artifices font leurs effets. Le public est venu en famille, les toits des voitures font office de place de premier choix. Les joies d’une capitale qui fête l’Indépendance sont enfin retrouvées, avec les ribambelles de gamins auréolés de luminaires.

Au jardin d’Andohalo, il a fallu deux heures pour pouvoir s’extirper de la place. Un embouteillage monstre servait de décor aux musiciens urbains. Énorme surprise, le groupe Da Hopp est revenu sur le devant de la scène. C’est un pan de l’histoire du rap national qui se trouve derrière cette formation. Les Tax, Benji, Blaz et Jen To ont démontré qu’ils ont été les pionniers. Dans la même lignée, le rap a aussi rejoint Sabotsy Namehana, avec les phénomènes Agrad et Skaiz. Il y a aussi euBig Jim Da et Rapa­dango. Quand les anciens se rebiffent.

« La fête est plus populaire que les précédentes années. Les gens commencent à faire confiance aux nuits d’Antananarivo », analyse Berthin Ramihaja­manana, un père de famille d’Ankazomanga.

Goût amer
Vers 20h, les spectacles ne désemplissent pas. La plus belle fête se trouvait au jardin d’Andohalo, Raboussa a fait son effet dans l’après- midi. Dans un esprit urbain et sur les hauteurs, rien de mieux pour passer un 25 juin dans les normes.
Par contre, le show d’Anko­rondrano a été le plus populaire, rien qu’à revoir un Mamy Gotso égal à lui même. Le « big » podium s’est tenu hier pour clore les festivités du 26 juin. À Mahamasina, plusieurs artistes ont officié, comme Bagzana et bien d’autres. Le roi de l’ambiance, Jerry Marcoss a porté le dernier coup au public du stade venu en masse. La pelouse a malgré tout été épargnée pour le bien de tous. Quoiqu’une bousculade monstre ait été l’ombre fatale à ce beau tableau de deux jours. « Ça été beau, mais au final, ça a été une situation critique », émet d’un ton amer Harilala Rasoanaivo, une spectatrice venue en famille.

Maminirina Rado

27 Juin 2014 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion