Histoire – Aina Andrianavalona Razafiarison bouscule l’immobilisme

IMG_8618Dans son livre « Apports des traditions dans les successions royales merina – Madagascar – XVIe – XIXe siècle», Aina Andrianavalona Razafiarison questionne. Paru aux éditions Tsipika et L’Hara­mattan, ce docteur en histoire à l’université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne et multi-diplômé, revient sur l’époque royale malgache, surtout, de l’Imerina, d’Andriantompokoindrindra à la décadence. Les 538 pages ressemblent à une épopée historique, mêlant surtout jeux d’échecs et compromis.
Dès l’introduction générale, il annonce les couleurs. « … l’histoire relatée de ce pays a toujours suscité plus d’interrogations que de réponses … ». Une présentation du recueil s’est déroulée hier en fin de journée à l’hôtel Colbert. Les éminents universitaires, tout autant que les personnalités politiques et économiques du tout-Tana ont été nombreux dans la salle Bougainvilliers. Les professeurs Lucile Rabearimanana, Suzy Ramamonjisoa et Raymond Ranjeva entre autres.

Aller au-delà
Edgard Razafindravahy, ancien président de la délégation spéciale d’Antana­narivo, Rakoto Davida, le doyen de la faculté Degs de l’université d’Anta­na­narivo, autant d’oreilles attentionnées par cette thèse en doctorat transformée en livre incisif, contemporain et surtout humain.
La salle est devenue une vraie profusion d’idées et de visions au fur et à mesure de la présentation.
Deux intervenants sont venus épauler Aina Andria­navalona Raza­fiarison. Un homme qu’il admire, Jean Pierre Domi­nichini et Serge Henri Rodin, son père intellectuel. Ces deux éminents universitaires ont démontré la portée de cette œuvre par rapport aux avancées dans la recherche sur l’histoire des Merina et par ricochet, l’histoire malgache. Le facilitateur de la séance, Michel Ranjoany, a apporté une touche solennelle à cette présentation.
« L’histoire est sacrée … Il faut beaucoup de sagesse », a martelé Aina Andrianavalona Razafiarison, tout le long de ses interventions. Car son livre pourrait offusquer quelques
« traditionnalistes ». Ce livre est donc aussi un vecteur de dépassement, pour aller au delà d’une histoire qui possède sa part légitime d’ombre. Le ton imposé par l’historien et économiste suscite par contre l’intérêt. Bien que le produit soit d’une richesse inestimable, une citation marque. « La succession royale se trouve également influencée par un choix entre une tendance plus charismatique, et un relent plutôt pragmatique d’un prince », d’une contemporanéité sans équivoque. Pour en revenir à un livre qui questionne surtout, et au-dessus de tout, pose les bonnes questions même si ça fâche. Bref, ce livre se tourne vers l’avenir d’une grande famille et de tout un pays.
Maminirina Rado

05 Juillet 2014 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion