La langue malgache pyrotechnique

DSC_7249

Une vraie après-midi de la langue malgache a clôturé la célébration du mois de la langue malgache, hier, à l’Académie malgache. Un grand honneur identitaire.

Le mois de la langue malgache, initié par l’Aca­démie malgache, a été clôturé en grande pompe, hier après midi, à Tsimbazaza, dans l’ enceinte de cette institution. Sur un vibrant « Ry tanindrazanay malala », joué à l’harmonica et au kabôsy par Jean Emilien, les choses ont pu débuter. D’abord les discours, avec un rappel de Rajaona Andriamananjara, président de l’Académie Malgache, hôte de l’évènement. « Il y a vingt et un ans, il n’y eut qu’ une journée de la langue malgache. Quelques années après, deux journées. Finalement, c’est tout un mois. Sauf que le malgache se célèbre aussi toute l’année », invoque t-il. Ses années d’effort ont l’air de vraiment porter leurs fruits à en croire Juliette Ratsimandrava, directrice des langues à l’Académie Malgache. « La génération active actuelle est consciente que le malgache est un véritable outil de développement. Les secteurs comme la recherche, l’économie et bien d’autres s’ouvrent de plus en plus pour intégrer la langue dans leur secteur. Ce ne sont plus seulement nous les anciens qui en avons conscience », avance-t-elle. Le président de l’Assemblée Nationale, Jean Max Rakoto­mamonjy, a aussi partagé son point de vue sur la mise à l’honneur de la langue malgache. Il a ainsi mis en avant que « l’État ne peut pas se dérober ».

Jeunesse présente
Si Jean Émilien a démarré les festivités, d’autres artistes et amateurs de littérature étaient aussi présents.
« Ce n’est pas une célébration discrète. Malheureusement les gens ont été submergés par les divers évènements qui ont jalonné le mois de juin », a fait savoir Lalao François Rabe­nandrasana, président du « Federasion’ny mpikanto teny sy soratra » ou Fmts. Cette entité est à l’origine de cette fête de la langue malgache. Elle a donc invité la grande famille de la littérature malgache, comme l’Havatsa Upem, le Faribolana Sandratra, Madagaslam, le Fimpima, le Fifama, le Llom et le Mpizaka Stelarima. La jeunesse a été bien représentée en l’occurrence. Le Tafasiry Kolokanto, des étudiants de l’École Nationale Supérieure ont entonné des titres comme « Arahaba tokoa »,
« Voa­maintilany ». Les jeunes étaient en forte délégation. L’Avaradrano Mikabary porté par Dadasamy a parlé d’amour dans, « Tafam-pitia ». Le Vmt n’a pas manqué l’occasion de se diriger vers l’activisme littéraire en proposant « Politika hoe! ». Le Ftmm par le biais d’Andriantsa­razoky a proposé « Tiavo ny teny malgasy » ou « Aimez la langue malgache ». Autant d’odes et de manipulations artistiques de la langue malgache, à travers poésie, slam et musique. L’année prochaine est prometteuse.

Maminirina Rado

28 Juin 2014 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion