Antsahamanitra – Mention bien pour Green

DSC_6257

Pour Green, le concert d’hier à Antsahamanitra a marqué le retour aux affaires. Même si le théâtre de verdure a montré un de ses jours sans, rempli à un peu plus de la moitié, Jacquot et sa bande se sont tout de même bien défoncés.

Le rock de la formation retrouve un terrain conquis il y a des années. Cela par des titres comme « Hafatra », en grand écart entre le glam rock et le blues rock. Avec ce groupe, il ne faut pas trop s’attendre à du psychédélique. Cependant, comme tout concert de rock qui se respecte la devanture de la scène a été colonisée par les amateurs chevronnés.
Ou encore, « Nilaozany» laisse entrevoir la spécialité de Green. L’amour souvent déçu, un coeur en déperdition comme la batterie ankylosée. Les lamentations d’un solo de guitare d’entrée, le titre réveille littéralement Antsahamanitra. C’est l’une des chansons la mieux appréciée de Green. « Efa ela izay no tsy nihaona izaho sy ianao/Fa navelan’ny volana sy taona hifanadino », clame la première strophe. Ça marche comme sur des roulettes, les fans retrouvent son Green de toujours. La scène baigne dans ses meilleurs moments.

Groupe sage
Green est sûrement un groupe de rock, rien que pour la musique. Il chante pour le Seigneur dans « Ilay tsy miova », chanson phare, chantée parfois dans les chapelles, il y a une dizaine d’années. On ne retrouvera jamais Jacquot, la voix de la bande, se donner dans des scandales, liées à des substances festives, inhérentes aux groupes de rock de référence mondiale. On peut sans faillir le retrouver un dimanche à l’église chanter les cantiques. Avec « Fiderana », Green confirme encore plus son statut de rock sage et tourné vers le Tout Puissant. Comme quoi, son fanbase l’aime toujours. Celui-ci se rajeunit et donne une parité entre les genres. Ce travail sur les simplicités et les aléas qui font la vie, Green tient un rock digne des années ’80. Ce n’est sûrement pas le seul groupe qui joue dans les louanges, ou crie l’amour d’une telle façon. Il fait partie de cette génération des rockeurs qui ne se privent pas de romance. « Fiainam-baovao », « Mbola hiverina », « Atsimo sy avaratra », autant de chansons connues ou à mettre à jour qui ont bercé Antsahamitra.

Maminirina Rado

04 Aout 2014 source lexpressmada.com

You must be logged in to post a comment Login