Exposition – « Portraits d’insurgés » en mémoire digne

jean-luc-raharimanana

L’exposition « Portraits d’insurgés » de Jean Luc Raharimanana et Pierrot Men se tient à partir de ce jour jusqu’au 20 septembre à l’IFM Analakely. La mémoire libérée.

Un évènement « Portraits d’insurgés », exposition qui s’ouvre aujourd’hui à l’Ifm Analakely, s’aligne d’abord pour la mémoire. Pour conjurer l’oubli des jours terribles de 1947. L’installation de ce qui a été est un rappel en images par Pierrot Men, et par écrit avec Jean Luc Raharimanana, lors de ces moments où la lutte pour l’indépendance a été menée par des milliers d’hommes et de femmes de tout le pays. Qu’ils soient dans les villes ou dans des villages reculés.
Les deux hommes ont su capter les « spectres » de l’histoire, pour leur redonner vie et mots en toute dignité.
Extrait des textes. « Une sonorité pour commencer : quarante-sept. Une graphie pour continuer 47. Des syllabes qui claquent sur la noirceur et deux chiffres, 4, 7, indissociables, détachés du temps, figeant l’histoire, ramassant la mémoire, troublant le cours des choses et bousculant la compréhension du monde ». C’est du Jean Luc Rahari­manana avec toute sa profondeur descriptive et une nonchalance presque maladive. Avec cela, s’ajoutent des portraits en noir et blanc de vieillards, sûrement coriaces pendant leur jeunesse. L’âme des guerriers oubliés.

Des images aux mots
Cette exposition autour du livre de Jean Luc Raharimanana, conçue et produite par l’association Zérane Confluence Artistique, se tient pour la première fois à Madagascar. L’auteur est un écrivain établi en France. Il a écrit plusieurs œuvres sur l’insurrection de 1947. S’en sont aussi suivies les décisions du ministère des Affaires étrangères français d’interdire la présentation de la pièce « ’47 », en 2008, dans les centres culturels français. De là, Jean Luc Raharimanana a saisi l’histoire loin des passions. L’écrivain a donc contacté Pierrot Men pour mettre des images dans les mots. Photographe de renommée internationale, ce dernier qui a toujours eu des difficultés à intégrer « des sujets politiques et d’actualité » a tout de suite émis un avis favorable. Ce qui a donné un livre, qui désormais se décline en exposition presque historico-artistique, à l’IFM Analakely. Deux approches qui s’articulent, se communiquent, se portent …
Grâce à cette exposition, l’histoire de 1947 est recueillie dans un soulagement libérateur.

Maminirina Rado

09 Septembre 2014 source lexpressmada.com

You must be logged in to post a comment Login