Festival angaredona – Le duo Dama-Mikea en apothéose

IMG_5946

La clôture de la 11ème édition du festival Angaredona, samedi, a été privilégiée d’accueillir le duo de choc Dama (Mahaleo) et Mikea. Hormis quelques petites lacunes, le festival a été un succès.

Le meilleur pour la fin. Anga­re­dona a attendu les dernières heures de sa cérémonie de clôture, qui s’est tenue samedi à l’Alliance Française de Tananarive Andavamamba, pour sortir sa meilleure carte. Il s’agit du fracassant duo Dama – Théo Rakotovao, sur la chanson « Nahoana kay ». Ceux qui ont tenu jusqu’au coucher du soleil ont été récompensés par cette merveille concoctée par les deux artistes, et n’ont été que subjugués par autant de beauté. Deux timbres vocaux qui pourraient être jugés incompatibles, additionnés à des langages bien distincts et des styles musicaux tout à fait divergents, les deux personnalités font de leur diversité une force étonnante pour faire de la chanson de Dama une véritable œuvre d’art. Nous nous sommes dits qu’interpréter cette chanson avec des vocabulaires différents, toujours dans la langue malgache, serait une belle expression de notre richesse linguistique », a déclaré Théo Rakotovao, alias Mikea. Cette chanson sera rejouée une deuxième fois à la demande du public, qui n’en a jamais assez.
Le spectacle dans son ensemble est toutefois à la hauteur de toutes les attentes. A l’affiche: Mada Feo, Fontsy, Lego, Dama (Mahaleo) et Mikea. Le groupe Mada Feo, découverte d’Angare­dona 2013, ouvre le spectacle avec leur prestation a capella, un réel bonheur pour les oreilles. Rija, Bosco, Jimmy et Santatra ont offert un show à la hauteur des attentes de tous, malgré la fatigue due au concert qu’ils ont assuré la veille au soir et le soleil qui les frappait de plein fouet sur scène. « Se produire aux côtés de ces grands noms de la musique malgache ne fait que nous pousser à faire de notre mieux pour nous faire une place dans ce milieu », a affirmé Bosco, membre de Mada Feo. Suit le groupe Fontsy, originaire d’Antsirabe.

Concert complet
La musique traditionnelle malgache, avec le son de la kabôsy et de la valiha bien mis en évidence, réveille le public. Son titre « Gasikara », mélange de musique malgache, de reggae et un peu de rap, séduit particulièrement l’assistance. Lego, maître du salegy, prend les rênes avec sa troupe pour mettre encore plus d’ambiance. Les choristes, qui sont également danseuses, mettent encore plus de feu au spectacle, non seulement avec leur tenue couleur feu, mais aussi avec leurs danses traditionnelles typiques du Nord. Lego cartonne avec sa chanson phare, « Birizity », chanson attendue par le public.
Dama, grand romantique du groupe Mahaleo, marque un revirement du concert au coucher du soleil. Accompagné de sa guitare et de son harmonica, il joue ses tubes tant appréciés tels que « Kala ratsy ty », « Raha mba manana elatra », et bien d’autres encore pour le plus grand bonheur du public. Une complicité évidente s’inscrit entre l’artiste et ses fans venus en masse pour le voir.
C’est l’incontournable Mikea qui terminera officiellement le festival en interprétant dix chansons devant un public persévérant malgré la tombée de la nuit. « Je suis ici purement par passion. Je suis toujours partant pour donner sa vraie valeur à la culture malgache », a-t-il déclaré. C’est son unique passage au festival pour cette année, mais elle marquera les esprits de tous à cette clôture du festival Angaredona.
Le public, bien qu’assez restreint, a savouré sereinement chaque moment du concert. « Un budget trop limité ne nous a pas permis de faire assez de publicité pour le festival », explique Rajery, fondateur d’Angaredona. « C’est pour cela qu’il y moins de monde. Néanmoins, nous sommes amplement satisfaits de cette 11ème édition, durant laquelle les échanges culturels ont été abondants », termine-t-il.

Eliah Ranaivoson
22 Septembre 2014 source lexpressmada.com

You must be logged in to post a comment Login