CC ESCA-Solika maîtrise son répertoire

SOLIKA-3

La troupe Solika a rempli le Cc Esca dimanche après midi.

 Du grand art. Mise en scène, décor de théâtre des années ’80, lumière approchante. Ce concert rappelle le Tranompokonolona Isotry, du temps des commissaires « Ratandra», « Bako mpitsongo dia », des personnages de théâtre célèbre, au rang des inspecteurs Columbo.  Peut-être même plus loin, car la formation se donne à fond dans ses prestations des chants d’antan. Mettant en droite ligne les créations d’Andrianary Ratianarivo. Les grands classiques ont étoffé le répertoire. « Bakobako roa » et son explosivité, débutant comme un tube de music-hall. Une chanson d’amour prenant exemple sur la fidélité des pigeons, pris ici au sens le plus propre du terme.  Les grandes vibrations viennent, à chaque récital de Solika, des grands ensembles. Une montée en scène de plus de dix chanteurs et cantatrices.  La chanson « Famindra tanora » se fait dans ce style. La salle est hypnotisée. Elle se trouve enveloppée dans une sorte de bulle rassembleuse.

Éternels compositeurs

La magie des « revivals » des chansons d’antan re-trouve des couleurs. Retrouver Solika dans ce sillage est un rendez-vous logique. Telle une nuit limpide de pleine lune, « Diavolam-pararano » est un appel à l’astre nocturne. Souvent chez les artistes malgaches d’antan, la lune est propice à l’appel de l’éloigné à sa bien aimée. À travers cette chanson, l’on sent un Andrianary Ratiana­rivo grand romantique. La salle baigne dans cette berceuse du cœur. Un morceau sans doute crée lors des nuits blanches de solitude de l’amoureux. À chaque fois, c’est toute la salle qui applaudit.  Point de moment de relâchement. Presque électrique. Solika, grâce à ce concert, a pu fêter dignement son 25e anniversaire. Une formation qui a vu le jour dans les couloirs de l’université d’Anta­nanarivo. Cet événement d’hier a aussi été un moment pour rendre hommage à deux de ses membres, Patricia et Jacques. Justin Rajoro, Naka Rabemanantsoa, Andrianary Ratianarivo, Rasamy Gitara … Les grands paroliers d’antan ont encore de beaux jours devant eux grâce à Solika.

M.R.

27 Octobre 2014 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion