CGM – Big Band Gasy à la hauteur

DSC_2044

Faute d’Oktoberfest, il valait mieux suivre le concert du jazz club Cgm et du Big Band Gasy, hier soir, au Cgm Analakely. La mousse se remplace aussi, à défaut, avec du jazz.

Le jazz ne se jouera jamais torse nu, il fallait que ça sorte. En ce qui concerne les soirées du festival Madajazzcar 2014, les inconditionnels ont voulu retrouver les Big Band Gasy, hier soir, au Cgm Analakely. C’est tentant de dire, « Big Band Gasy », ainsi peut-être que le jazz se jouera torse nu. Rien à s’inquiéter, il n’en sera jamais ainsi. Avant eux, l’école de jazz du Cgm est venue saluer la salle bien remplie en musique. Faute d’un octobre mousseux, le jazz a joué les roues de secours.
En gros, la nuit au centre était consacrée aux jeunes et moins jeunes. La soirée valait le coup. Rien qu’un démarrage à la « So nice », traduit avec le peu d’anglais connu et dans la contemporanéité de l’âge par « Trop bon ». Mino, l’une des chanteuses du jazz club du Cgm s’est mise à chanter. Tojo pointe à la basse, Harris à la guitare et Mahefa à la guitare solo et Nally à l’accordéon. Vent de Brésil pour débuter. Vient ensuite « Ain’t no sunshine » de Bill Withers, le trac se fait sentir malgré la voix assuré de Tam’s. C’est un incontournable du pop américain. Dans la salle, Joan Minor, jazziste américaine, en spectatrice et ses trois musiciens ont de quoi jaser.

Groove dur
Mais au fil des morceaux, les apprenants du jazz club Cgm changent l’eau en jazz. Apparemment, les rythmes latinos sont leur apanage. C’est sur un « Jazz Fever » très suave que la prestation de l’école s’est conclue. Les chanteuses ne manquent pas au club de jazz. Place à un phénomène. Big Band Gasy entre en scène. Un assemblage d’instruments à vent. Faisant danser l’assistance lors du concert d’ouverture du festival Madajazzcar, c’est le groove à l’état second. Il ne faut tout de même pas s’attendre à ce que, emportés par l’ambiance, quelques énergumènes se mettent torse nu. « Ça a commencé lors du dernier Jazz@tohatohabato. C’est ensuite devenu, une connexion entre les jeunes et les plus anciens. On s’éduque », déclare Fidy Rabeharisoa, chef de l’orchestre. Au fait, le plus jeune musicien est âgé de 10 ans. Souffler un saxophone à 21 h, ce n’est pas une affaire de gamin. Mais lui il y arrive. Faisant vadrouiller l’assistance sur « Salt and vinegar » emprunté au voisin d’Afrique du Sud, ou au chant Jimmy Harison sur I only have eyes for you » … Des soirées pareilles ne se font qu’un mardi soir au Cgm.

Maminirina Rado

08 Octobre 2014 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion