PATRIMOINE-Les films historiques trop chers

PATRIMOINE

Les archives cinématographiques sur Madagascar sont encore à des années lumières des priorités actuelles. Patrimoine et pauvreté, le choix est facile.

Entre réjouissances et amertume, les archives historiques malgaches en bobine sont là, mais presque oubliées. « Nous avons quatorze millions de secondes de film à numériser », annonce Thierry Raharison, directeur général de l’office malgache du Cinéma. Pour les numériser, c’est là que les choses se corsent. « Il faut 1 600 ariary par seconde ».  Donc, rendre lisible ces milliers d’heures d’images coûterait plus de 22 milliards d’ariary. Hier a été célébrée en toute simplicité au Tranompokonolona Anala­kely la journée mondiale du patrimoine audiovisuel. Dans la logique, il est difficile de croire qu’actuellement les gouvernants vont en faire une priorité. Elle se trouve ailleurs dans un pays aussi pauvre que Madagascar.  Toutefois, Hanta Raboa­nary ne veut pas baisser les bras pour autant. « La précarité ce n’est pas seulement la nourriture, c’est aussi dans la tête. Pour ne pas arriver à l’enfermement sur soi, il faut montrer à la nouvelle génération notre histoire, ce qu’elle possède », fait savoir la secrétaire générale de la commission nationale Malgache pour l’Unesco.

Images indélébiles

Durant la journée d’hier, une séance a été réservée à la diffusion de documents d’époque. À commencer par la présentation de la Ville des Mille et les premières rencontres des autochtones avec la vie moderne. Des scènes mémorables à la Charlie Chaplin sur les passages cloutés ont fait la joie de toute la salle. Ou encore, les usages multiples du lamba. Mouchoir, couverture, sacoche et bien d’autres. Il a été aussi étonnant de savoir que peu de temps avant l’indépendance de Madagascar, la capitale comptait 283 000 habitants. On y retrouve aussi un Antananarivo propre, des Antananariviens un peu morne, on ne sait si c’est le poids de la colonisation. Un spectacle de hira gasy apparait cependant en contraste. Les danseurs rappellent des mouvements de Penchak Silat, un art martial indonésien, rappelant au passage les origines lointaines des Malgaches. Un forum national se tiendra durant deux jours, dès aujourd’hui, autour de la piraterie des œuvres cinématographiques. L’occasion de faire un état des lieux de ce fléau sur le plan national et mondial.

Maminirina Rado

28 Octobre 2014 source lexpressmada.com

You must be logged in to post a comment Login