STREET ART-Fin Dac peint les murs et la femme

ART

L’artiste peintre de rue Fin Dac a passé une semaine à Madagascar. Les artistes locaux ont pu découvrir la technique du spray avec l’un des disciples les plus connus du street art.

Fin Dac est fasciné par la beauté de la femme.  Il n’hésite pas à l’avouer lui-même, que la beauté de la gent féminine l’inspire dans ses œuvres. Mais il précise que sa fascination n’a rien de sexuel, mais s’arrête  à un mélange d’admiration et de respect qui le fait aimer peindre la beauté d’un visage. Voilà pourquoi la plupart de ses œuvres, qu’il a déjà peintes un peu partout dans le monde comme à Londres, Montréal ou Bruxelles et qui  l’ont rendu célèbre, représente des visages de femme.     Comme celui qu’il peint en ce moment pour illustrer et personnaliser bientôt les cuvées du rhum Dzama, fabriquées en  édition limitée. Voilà également pourquoi la compagnie Vidzar a décidé de le faire venir à Madagascar pour une semaine. Fin Dac en a profité pour visiter quelques monuments comme quelques unes des douze collines sacrés d’Andrianam­poinimerina, et la première église anglicane du pays qui l’a beaucoup inspiré. Elle pourrait d’ailleurs accueillir, l’année prochaine, une de ses premières œuvres de rue à Madagascar, lors de sa prochaine visite.

Simple et libre

Fin Dac est un adepte du street art, peinture de rue, une pratique devenue très en vogue à l’heure actuelle dans le monde. Les artistes peintres utilisent des bombes ou spray, et choisissent n’importe quelle surface extérieure comme les édifices publics, les ponts, les murs des bâtiments et même l’extérieur des bacs de stockage d’eau pour s’exprimer.  Ce qui donne, souvent, des images de taille géante, comme pour permettre aux artistes d’affirmer davantage leur indépendance, leur liberté. D’ailleurs, les adeptes de street art ne le pratiquent pas pour gagner de l’argent, mais juste pour  pouvoir exprimer leur passion sans contrainte. Fin Dac  n’est pas une exception, et  affirme que ses œuvres  servent surtout à embellir le paysage urbain. «Je n’en ai pas et je n’ai pas besoin de beaucoup d’argent, mais j’adore surtout voyager et découvrir des pays. Et je n’aime pas que l’on me voie comme une célébrité, mais je veux surtout que les gens voient et aiment mes œuvres», a-t-il souligné. C’était hier, après une séance de rencontre et de partage avec d’autres peintres locaux.  En tout cas, les « femmes » de  Fin Dac sont poignantes de réalisme. Grâce à la précision de sa technique qui marie l’utilisation spray et le pinceau, chaque détail du visage, y compris les pores de la peau,  est reproduit avec une extrême précision pour retracer avec une réalité déconcertante l’expression des yeux et du visage. Pour la « future » image des cuvées Dzama, il avoue avoir  donné une touche malgache à son modèle « latino », pour que les Malgaches s’y reconnaissent plus facilement.  Fin Dac est originaire de Cork, en Irlande, mais a toujours vécu à Londres. La quarantaine aujourd’hui, il travaillait comme webmaster avant la décision de consacrer tout son temps à la peinture, sa passion de toujours, il y a sept ans. Auto­didacte et anticonformiste, il pratique le street art depuis trois ans.

Mahefa Rakotomalala

31 Octobre 2014 source lexpressmada.com

You must be logged in to post a comment Login