Album – « Norme » baigné de Kougar

IMG_0160

Ce sera sûrement le disque reggae, ragga, dance hall qui va cartonner dans les mois à venir, grâce à Kougar et son opus « Norme ». Premier contact.

Le loup blanc lance son cri surplombant les terres arides et froides. Les temps sont durs, « Norme » le nouvel album de Thiera Kougar est là pour apporter de l’air pur. Une citadelle bétonnée de reggae, ragga, dance hall à travers dix huit titres. C’est long. « Dans la ligne de la révolution. Je suis un optimiste, alors je réclame des choses constructives », annonce t-il.
La philosophie est terre à terre, mais question musique, le produit se trouve sur une autre planète. Véritable creuset de tubes à chaque plage. Des moments pareils, ça n’arrive plus que tous les quatre ou cinq ans depuis quelques temps. Construit sur des riddims, des sons gratuits à emporter, et des créations, « Razana reggae » sert de rampe de lancement. Le destin de ce disque semble déjà être tout tracé. Un dix huit titres direct dans le blanc de l’œil. Faciles à capter, les deux titres suivants « Maraina indray » et « Esprit mizara » jouent déjà les tauliers. Ce troisième morceau crache du nu roots avec la basse style rub-a-dub.
Dans les textes, Kougar confirme sa foi sans plis en Jah. Il le dit d’ailleurs. « Que ce soit Allah, Jésus, Bouddha, catholique, protestant, … nous savons tous qu’on prie un Dieu unique ». Rassembleur, c’est dans cette philosophie rasta que l’artiste se retrouve.

Ici et maintenant
Kougar travaille largement dans les textes, piquant les mots du quotidien des ruelles et de ses rude boy. « Je pars des citations, des manières de dire, des jargons de tous les jours que les autres artistes n’ont pas eu le temps de chanter », signale-t-il. Dès lors, on se surprendra à entendre des soliloques maintes fois galvaudés ailleurs. Sauf qu’avec le reggaeman, cela devient plus acceptable. Extrait. « Tsapa fa efa manakaiky e izany fiovana izany/ Mihazakazaka fa sao taraiky amin’ izany fiovana izany ». Kougar y évoque l’espoir d’un changement positif, sans doute, pour le bien de l’humanité et la victoire de l’esprit libre.
À presque dix titres, « Norme » bénéficie déjà d’une aura de disque d’argent. Le reste du chemin doit encore passer par « Manankasin-tsara ». Une complainte outrée face au sort du pays. Au centre, la précarité de la majorité des Malgaches. Cependant, toujours ce brin d’espoir toujours présent. Sonnant comme le reggae du milieu des années ’90. Une basse plus limpide, des rythmiques plus accélérées et une architecture électrisée. Politique, irrité et bon conseiller, Kougar signe également des perles avec « Avelao i red », « Thug lesy » en souvenir de Blaz, le rappeur pionnier du groupe Da Hopp décédé cette année, et tant d’autres. « Norme » retentira encore pour longtemps.

Maminirina Rado

06 Novembre 2014 source lexpressmada.com

You must be logged in to post a comment Login