ANTSONJOMBE – Njakatiana comme au bon vieux temps

Njakagaigy

Contrat rempli pour le célèbre crooner Njakatiana. Il a prouvé qu’il était loin d’être un has been et qu’il a encore de belles années devant lui.

Qui a dit que Njakatiana était désormais bon pour les cabarets? Samedi, le pari était gros pour le crooner à tubes, en s’attaquant à l’immense enceinte du coliseum d’Antsonjombe. Certes, il l’avait fait, il y a quelques années, lorsque le coliseum n’était encore qu’un terrain vague, mais c’était un lundi de pâques et il avait mis beaucoup d’artifices (hélico entre autres) pour avoir le maximum d’audience. De l’eau a coulé sous les ponts depuis, et la plupart de sa génération s’est laissée  emporter par la nouvelle vague composée surtout de rap et de rn’b. On croyait donc que Njaka­tiana allait mordre la poussière un jour de la Toussaint, peu propice à un grand spectacle, de surcroît dans cette immense arène où les artistes se mettent souvent à plusieurs pour combler le vide. C’était mal connaître Njaka­tiana, qui croit en ce qu’il fait et qui met toujours le paquet dans ce qu’il fait.

Concert résumé

Pour le spectacle de samedi, tout a été ainsi pensé et repensé, rien n’a été laissé au hasard. Et le coliseum était raisonnablement rempli. Et même si côté tenue, il s’est visiblement assagi préférant une sobre chemise à la rutilante combinaison de Radama qui aurait été suffocante avec cette chaleur, son professionnalisme n’a pas pris une ride. Un quart de siècle déjà qu’il est sur scène, enchaînant les morceaux inoxydables comme Mbola kely loatra, Ambilobe, Fitia tsy mety diso, Izao no izy, Hiangavy farany, Meteza ianao, Resinao, Naditry, Fony, Aoka moa, Avelao aho hitia, Andao indray…  Samedi, Njakatiana a presque revu toute sa carrière au grand bonheur de ses admirateurs qui couvrent toutes les générations. C’est le secret de son succès, et surtout de sa longévité. C’est un artiste passe-partout lorsqu’il ne fait pas dans la facilité, à l’image de certains textes quelque peu tirés par les cheveux. Chanteur de l’amour et de ses péripéties joyeuses et douloureuses, Njakatiana s’est fait bien évidemment entourer de belles voix qui l’accompagnent dans ses meilleures compositions. Un bonus pour ceux qui lui sont restés fidèles depuis ses débuts. Njaka­tiana est l’un de ces monstres sacrés qui s’inscrivent dans le temps, et dont les œuvres sont de vrais patrimoines. Le secrétaire général du syndicat des artistes sait mieux que quiconque comment faire pour qu’elles le soient.

03 Novembre 2014 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion