Photographie – Quête simplifiée d’Alain Rakotomanana

photo

Il fait des photos magiques. Dans les veines d’Alain Rakotomanana coule la passion de l’instantané. Portrait d’un photographe de la simplicité.

Alain Rakoto­manana est très tôt attiré par le graphisme, les couleurs et la lumière. En fait, les trois éléments de base de la photographie. Dans ses gènes, la culture de l’instantané s’est implantée par nature. Adoles­cent, on le voyait passer de longs moments à scruter chaque détail d’une image. « Puis vinrent par exemple les jours où, mon frère et moi manquions vraiment de respect (rire) pour appareil photo et flash de notre père en les expérimentant à notre bonne guise…gamineries, amusement et découvertes éblouissantes après tirages », se souvient t-il.
C’est en classe que l’apprenti photographe lance ses premières séries. « Je m’aventurais à acheter des films bon marché pour de temps en temps prendre en photo les copains de la classe ou proches avec plus ou moins de style », ajoute t-il. Séance d’autocritique, c’est l’un des meilleurs pour apprendre. Il finit par oublier quelques temps la photographie. Alain Rakotomanana se dirige vers le graphisme. Il souligne. « À main levée à l’époque ». Il s’est fait petit à petit remarquer par un ami qui l’intègre dans une agence de photographie. Le retour en Terre Sainte.

Passion
Le bonhomme est comme un gamin dans un magasin de jouets. Il est témoin de toute la magie des studios. « Je ne pouvais pas m’offrir le dixième de ce matériel et le temps des études universitaires venait ». À force d’économie, Alain Rakotomanana est arrivé à acquérir un appareil compact, une basique, ensuite un appareil numérique, reflex cette fois. Il shoote dans l’anonymat. Comme tout photographe malgache, c’est la passion qui guide ses pas. « Derrière l’objectif, comme par nécessité, je suis tout de suite attiré par le naturel et la simplicité de nos compatriotes – d’ambany ravin-kazo », songe le photographe inspiré de simplicité. En attendant, rendez-vous à la vente-exposition d’œuvres photographi- ques s’intitulant « Lanindimi­lahy», au Chillout Café Ambondrona, du 19 au 29 novembre dans le cadre du mois de la Photo « Sar’nao ». L’unique festival dédié à la photographie à Madagascar qui a débuté le 3 novembre. « J’y participe avec quatre de mes compagnons de la photo… d’où le nom de cet évènement dans l’évènement », explique ce photographe respecté par ses pairs. À travers ses photos, il adopte le pseudo de R’ilay.

Maminirina Rado

15 Novembre 2014 source lexpressmada.com

You must be logged in to post a comment Login