Création – Tantsary sauve la bande dessinée

Le-collectif-Tantsary-en-pleine-cogitation-sur-l’avenir.

La bande dessinée est l’un des vecteurs d’information culturelle le plus efficace. En perte de vitesse dans la Grande île ces dernières décennies, elle prépare son « come back ».

Au fil de ces dernières années, la bande dessinée s’est fait très discrète, le fait est qu’actuellement elle fait face à plusieurs autres médias, plus abordables et plus accessibles. La bande dessinée malgache peine à être lue par son public de nos jours. Les bédéistes ont des difficultés à se faire publier ou se faire éditer. Michel Ratovoherinirina, dit RaMika a l’espoir de voir la bande dessinée malgache renaitre de ses cendres à travers l’Autoproduction.
Dans l’optique de revaloriser et promouvoir la bande dessinée malgache, l’association Tantsary s’active pour la remettre au goût du jour auprès du public malgache. RaMika, président de l’association Tantsary nous raconte, «Dans les années 80, Madagascar était en tête, en ce qui concerne la bande dessinée en Afrique, notamment avec des BD comme la série Koditra ou Benandro. Or actuellement, à près de 50 ans d’existence, ce n’est plus du tout le cas, à défaut de ne paraître qu’à travers la presse écrite via quelques strips humoristiques de trois cases par exemple ».

Publier à tout prix
Assurant la publication et l’édition de leurs bandes dessinées, entre autres avec les moyens du bord et la générosité de l’un de leur partenaire, l’association Tantsary compte sur les jeunes talents qu’elle compte parmi ses membres pour valoriser la bande dessinée actuelle. « Le contexte actuel ne permet pas aux bédéistes passionnés de faire connaître leur talent, car ils ne peuvent plus se faire éditer et les lecteurs ne suivent plus. Il n’existe ni moyens ni infrastructures leur permettant de persévérer dans cette voie », affirme toujours RaMika.
Son objectif principal est donc de permettre à tout prix aux jeunes bédéistes de talents locaux de se faire connaître et de sortir de l’ombre, et cela passe par l’autoproduction. Un moyen auquel il a su s’adapter au fil de ses 7 années d’existence, l’associaton Tantsary a déjà autopublié près d’une dizaine de bandes dessinées, tels que Kitroka par RaMika, Geja par Rova Alison ou encore la série des Ambalan’Kisoa par RiRi Krootamby, disponible au sein de son local et sur commande.

Menakely, le petit super-héros malgache

Parmi tous les projets de bande dessinée malgache sur lequel l’association Tantsary travaille actuellement, le magazine de BD « Menakely » est sans aucun doute son fer de lance dans la promotion du 9ème art à Madagascar. Dans le même esprit que les Spirou Magazine ou le Journal de Mickey, Menakely illustre les histoires typiques à la société malgache, notamment la dureté de la vie ou encore les différentes critiques sociales que l’on peut y trouver.
« Menakely est un petit personnage rêveur, tout comme le sont les Malgaches », raconte RaMika, en ajoutant « À travers les histoires dans ce magazine, on tente d’illustrer les rêves des Malgaches ». L’inspiration pour le nom de ce petit personnage qu’est Menakely lui est venue des petits beignets sucrés typiquement malgache sdu même nom. De même du surnom de la Grande Île, « L’Île rouge ».

Andry Patrick Rakotondrazaka

18 Février 2015 Source lexpressmada.com

You must be logged in to post a comment Login