Événement – Le festival de la guitare gagne en prestige

DSC_2149

La guitare est reine dans la capitale durant cette semaine. Cette année, la deuxième édition du festival de la guitare prévoit d’attirer plus de jeunes et d’artistes.

Le plus populaire des instruments à cordes, la guitare, est à l’honneur cette semaine. L’ouverture du festival de la guitare s’est tenue ce samedi à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Le Musicians Artists Association and Guitarists of Madagascar ou Maagma, promet un événement de plus grande envergure cette année. Les invités, deux Espagnols maîtres en la matière, Alberto Carrion et Victor Perez, ont débarqué ce samedi même pour participer aux festivités. D’autres invités sont encore attendus dans le courant de la semaine pour les concerts et ateliers prévus durant le festival, Ravaka Narimanana du Maagma en dit plus : « Les ateliers et les rencontres avec nos invités auront bien lieu cette semaine. Si, dimanche, les jeunes talents ont déjà été mis en avant à l’Alliance française de Tananarive, à partir du 14 et 15 avril auront lieu les premiers ateliers au Cercle Germano Malagasy avec Narimanana et Ralaimihaotra, de grands guitaristes locaux, et le 18 avril à l’Aft avec nos invités internationaux ».
Si les ateliers au CGM tourneront plus vers les habituels Bà Gasy et les styles classiques, les invités, eux, initieront les participants au Flamenco typiquement espagnol. Chaque atelier est gratuit mais les inscriptions sont de rigueur auprès du Maagma et des institutions partenaires du festival. Plus garnie au niveau de son programme, cette deuxième édition est plus riche en concert et en participants, ne serait-ce qu’au vu des vingt-trois jeunes talents qui ont enchanté le public de l’Aft hier. Un public qui a été ébloui par l’aisance avec laquelle ces jeunes, ont gratté les cordes.
Place à la jeunesse
Lors de la soirée d’ouverture de ce samedi à l’hôtel Ibis, le festival a tenu à rendre hommage à tous les passionnés de la guitare en général. Narimanana, l’un des créateurs du festival affirme :
« On est content de l’ampleur actuelle du festival notamment auprès des jeunes, même si l’on n’est encore qu’à notre deuxième édition. Pour cette soirée on a même invité des danseurs contemporains pour marquer l’ambiance du festival ».
Johary Narimanana a commencé la soirée d’une façon très particulière. Seul sur scène, il a fait usage d’un logiciel de musique assisté par ordinateur pour jouer de façon à ce qu’on ait l’air d’entendre toute une bande de guitaristes. « C’est une petite trouvaille qu’il nous a ramenée de l’étranger. Il enregistre des sonorités de dix à trente secondes qu’il combine un par un à ce logiciel tout en étant seul sur scène. D’abord, l’introduction, les accords puis les rythmes pour donner une mélodie à part entière », décrit Narimanana père. Ceci dit, le clou de la soirée était, sans aucun doute, ce moment très attendu par le public où les deux garçons, Manoela âgé de dix ans et Clément Neron âgé à peine de sept ans ont joué devant un public bouche bée des morceaux, tel que le fameux « La bamba » à eux deux. Une soirée espagnole aura également lieu à l’hôtel Le Louvre le 14 avril; le Maagma toujours en quête de nouveau talent présentera aussi l’album de Firmin Ravaha ce 18 avril au Café de la gare Soarano.

Andry Patrick Rakotondrazaka

03 Avril 2015 source lexpressmada.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion